La norme ISO 45001 : un projet prometteur !

sécurité au travail, les risques

Chaque jour, dans le monde, plusieurs milliers de personnes perdent la vie dans le cadre de leur travail ou d'une maladie professionnelle. On parle ici de presque 2,5 millions de décès par an. Deux millions et demi raisons d’agir de concert pour élaborer des normes susceptibles d’améliorer la situation, non ?

Par ailleurs, les pertes liées aux retraites anticipées, à l’absentéisme et à la hausse des primes d’assurance, les maladies ou accidents liés au travail sont un véritable problème tant pour les employeurs que pour l’économie au sens large.

Aussi, 58 pays se sont mobilisés, dont la France et la Belgique, pour élaborer une nouvelle norme « universelle » relative aux systèmes de management de la santé et de la sécurité au travail. Autant vous dire que chez Fullmark, on s’intéresse à la question.


Cette nouvelle norme – ISO 45001 – est mise en place par l’ISO (International Organization for Standardization) dans le but d’établir un cadre de référence commun pour l’amélioration de la sécurité des travailleurs, la réduction des risques sur le lieu de travail et la création de conditions de travail meilleures et plus sûres dans le monde entier.

Pensée comme un outil universel d’aide au management de la santé et de la sécurité au travail, l’ISO 45001 s’adressera à toutes les organisations souhaitant œuvrer en interne pour une meilleure protection des collaborateurs.

iso 45001

Mais que savons-nous du futur contenu de cette norme ?

Bien sûr, on ne part pas de rien. Pas mal de cadre de références existent déjà un peu partout et ils ont pu servir de base aux travaux. La nouveauté par rapport aux normes déjà existantes, outre qu’il s’agit ici d’établir une norme universelle, commune à tous les pays qui sont parties prenantes, réside dans le fait que tous les participants œuvrent pour que la future norme ISO place le collaborateur et leurs représentants au cœur du système de management SST.

L’ambition est donc bien que l’Homme soit « au centre de toutes les étapes proposées par le système de management en cours de rédaction. Il en est de même pour la prévention des risques. La future ISO 45001 introduit la notion de participation active des salariés et de leurs représentants dans la prévention des risques ainsi que la notion de proactivité dans le management des risques SST »[1]. Et l’on connait chez Fullmark l’importance d’impliquer chacun des collaborateurs dans une démarche de prévention des risques et d’amélioration de la sécurité au travail.
De bon augure, donc !


Une norme qui implique !

Un cadre commun avec les autres normes ISO : la HLS (High Level Structure)

La norme ISO 45001 n’énonce pas de critères spécifiques de performance en matière de santé et sécurité au travail et n’établit pas non plus de prescriptions quant à la conception d’un système de management de la santé et sécurité au travail, mais elle se veut globale et en adéquation avec les autres normes ISO existantes. Il faut que tout système puisse être conforme aux exigences de la norme et que celle-ci ne soient pas en contradiction avec d’autres normes existantes.

Dans cette optique, un cadre commun à toutes les normes ISO a été développé. Ce cadre, la HLS (High Level Structure), est applicable aux nouvelles normes, mais le sera aussi aux prochaines révisions des normes existantes. La HLS a pour but de renforcer l’alignement et la compatibilité des normes, aspect particulièrement bénéfique pour les organismes pour la mise en œuvre d’une approche intégrée des systèmes de management. Elle comprend dix chapitres, dont voici les titres : Domaine d’application, Références normatives, Termes et définitions, Contexte de l’organisme, Responsabilité de la direction, Planification, Support, Activités opérationnelles, Evaluation de la performance et Amélioration

Ainsi donc, toutes les normes ISO comprendront ces dix chapitres avec un texte de base identique, les termes courants et les définitions de base. Chaque norme de système de management ajoutera ensuite à cette structure HLS ses exigences spécifiques.

Lors de l’élaboration de la norme ISO 45001, il a par ailleurs été tenu compte d’autres normes internationales (OHSAS 18001 et les Principes directeurs ILO-OSH de l’Organisation internationale du travail), de normes nationales, et des normes internationales du travail et des conventions de l’OIT. Ceux qui adopteront la norme, lorsqu’elle sera publiée, verront donc la cohérence de ses exigences avec les autres normes qu’ils utilisent peut-être déjà.

Une norme qui s’intègre et s’articule aux normes existant déjà dans d’autres domaines !

sécurité au travail, les risques
sécurité au travail, les risques

À qui s’adresse la norme ?

C’est également l’une de ses particularités : cette norme sera applicable à toute organisation, quelles que soient sa taille ou la nature de ses activités. Elle est également conçue pour pouvoir s’intégrer dans d’autres programmes de santé et de sécurité au travail comme le bien-être des travailleurs par exemple. En outre, elle veut également aborder un grand nombre, si ce n’est l’ensemble, des exigences juridiques applicables dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail.

? Une norme complète et applicable à tous !

Quand sera-t-elle disponible ?

Les projets du texte sont disponibles auprès du membre de l’ISO dans votre pays. La publication de la norme est attendue pour 2017.

 

La formation

La formation est également essentielle. Un formateur (ou mieux encore un coach) pourra mettre une personne face à ses propres représentations et lui montrer en quoi – et pourquoi – elles sont erronées et dangereuses pour sa propre sécurité, celle de ses collègues et celle de l’entreprise elle-même.

La mise en situation

Lors de ces formations, il est très important de mettre les employés en situation, aussi réelles que possible. Confronter l’employé à une situation concrète, applicable dans son quotidien aura beaucoup plus d’impact qu’une situation abstraite, racontée ou exposée par écrit. Dans certains métiers, comme dans le secteur médical, le formateur pourra par exemple se servir de mannequins pour simuler de manière réaliste certaines situations à risques. Dans les secteurs où une mise en situation réelle n’est pas possible (pour des raisons de sécurité entre autres), le jeu de rôle pourra être privilégié.

>La sécurité, parlons-en ! Contactez Fullmark

sécurité au travail, les risques

Retour à la liste

Ensemble, renforçons la culture sécurité